Un roi frigorifié

Par défaut

Y a un truc auquel je pense souvent. Et je suis quasiment sûr que tout le monde a déjà pensé à ça, c’est pourquoi je vais en parler à votre place (ne m’en voulez pas). Oui à la place de toi qui lis ça aussi, sauf si t’as jamais pensé à ce que j’ai écrit dans le paragraphe suivant, auquel cas oublie cette phrase.

Je me dis seulement que, on ne peut pas savoir le nombre de choses à côté desquelles on est passé dans une vie et ce, ayant des causes indépendantes de notre volonté.
Peut être que si j’avais commencé le lancer de poids je serais un jour devenu le plus jeune champion du monde, si ça se trouve j’aurais pu trouve un remède au sida en faisant des études au Canada (pourquoi le Canada ? Aucune idée.). Bien sûr ces « suppositions » sont extrêmes, quasiment, certainement impossibles à vérifier.
Mais on peut trouver un registre plus proche, plus présent, et c’est celui qui m’embête le plus. Parce qu’il demande beaucoup moins d’efforts que ceux dans la lignée des précédents dont j’ai parlé. En fait ils me frustrent. Je ne me dis pas souvent que vivre dans un autre pays ou avec une autre activité sportive m’aurait apporté une vie meilleure, je me dis, et je me frustre, en me demandant quel geste, quelle action, quelle phrase j’ai manqué pour donner à ma vie le tournant qui lui fallait. Vous savez, vous voyez quelqu’un dans la rue et là vous vous dites que peut être c’est l’homme ou la femme de votre vie. Mais vous n’en savez rien, ça restera un(e) passant(e) pour toujours et personne ne peut s’en vouloir parce que c’est ainsi, personne ne peut le savoir et c’est mieux comme ça. Je sais que je n’aimerais pas avoir à choisir les personnes que je rencontre simplement en fonction de ce qu’elles peuvent m’apporter, tout simplement parce que ça ne me plairait pas qu’on me le fasse.
C’est pas tant les actes et les paroles qui peuvent vraiment influencer notre vie, ce sont les gens que l’on rencontre au cours de celle-ci. C’est pourquoi je me demande souvent combien de personnes inconnues auraient eu un impact positif dans ma vie, si j’osais un peu plus parler aux gens que je ne connais pas.

On a pas le temps dans une vie de tout essayer avec tout le monde, alors au final, on prend les échantillons qu’on nous propose et on espère qu’ils nous garantissent une utilisation à vie.

Allez Bisou

Publicités

2 réflexions sur “Un roi frigorifié

  1. Sofi

    Rien n’est le fruit du hasard. La vie n’est qu’une succession de choix. Après est ce qu’on fait les meilleurs ? Pas toujours évident… La vie n’est pas simple.

    J'aime

  2. clemencelrc

    Je pense que tant qu’on écoute ses envies, ses sentiments plutôt que son orgueil on ne doit pas regretter nos choix passés. Bien sûr, on aimerait avec le contrôle de la tournure que prennent les choses quand on les choisit mais c’est tellement plus beau et enivrant de se laisser dériver parfois. Une des plus belles choses de la vie selon moi ce sont tous ces petits risques qu’on a pris en faisant les choix qui nous font sentir vivant.

    En ce qui concerne l’amour, il y a cette petite citation d’Alfred de Musset que j’adore : « On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière ; et on se dit : “ J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j’ai aimé. C’est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui. ” « .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s