Un ménestrel idiot

Par défaut

Scott Pilgrim.

Oui j’annonce le thème directement comme ça on gagne du temps. Non pas que ce soit utile, j’ai du temps moi. Mais bon vous, de votre côté, vous êtes peut-être pressé alors je tâche de factoriser les parties que je peux si ça peut aider. Bon par contre je le ferais juste pour le premier paragraphe de cet article, je vais pas non plus réduire mes mots si ça m’est d’aucun bénéfice. Sans blague, meeeeeerde (référence ? quelqu’un ?).

Bon je reprend sur le thème de cet article. Oui tout le monde s’est un peu perdu mais je vais vous aider c’est la première chose écrite. C’est mieux ? Cool. Et ne me dites pas que vous avez l’impression d’être couvés. Je suis pas une maman poule.

Du coup ! (Nan parce-qu’on dirait que je veux changer de sujet alors que c’est absolument pas le cas) Scott Pilgrim est un comics à la base (vous savez les bandes-dessinées américaines là) composé de 6 tomes, à l’humour barré et aux couleurs chatoyantes. Je déconne la version originale est en noir et blanc. Ahah, j’adore l’humour.
Mais je suis pas là pour parler de l’oeuvre originale en fait, je suis là pour parler de son adaptation cinématographique, réalisée par Edgar Wright et avec entre autre Michael Cera et Mary Elizabeth Winstead (c’est chiant à dire alors je suis content de devoir le taper) au casting.

Ce que vous devez savoir, c’est que j’adore ce film. Non mieux : si j’étais dans un univers parallèle je pourrais tomber amoureux de ce film. Enfin dans un monde parallèle où on peut tomber amoureux de films bien évidemment.
En fait pour être plus clair, si je n’avais le droit plus qu’à un seul film à regarder pour le reste de ma vie, il ferait parti de la liste dans laquelle j’en piocherais un. Oui à ce point oui.

Ce film, comporte presque tous les genres, il est polyvalent et tout le monde peut trouver quelque-chose qui lui plaît dedans. À savoir du romantisme, de l’action, de l’humour, de la musique et du jeu vidéo. Oui passk’en fait ce film est bourré de références geeks, et moi j’adore ça.
Ce film joue avec la réalité et l’imagination mais en interne. C’est à dire que le monde se veut réaliste, mais un combat va détruire l’environnement avec une boule de feu, qui restera une ruine brûlante même lorsque tout est fini par exemple. ‘Fin moi je trouve ça fou et complètement original.
J’ai découvert le cinéma réinventé avec ce film, et même si beaucoup de gens ne sont pas de mon avis, je porterais toujours ce film sur un piédestal par rapport à grand nombre d’autres 😀

Pour vous une de mes musiques préférées du film qui est aussi là pour les crédits d’intro (j’adore comment ce film est réalisé *O*) :

Allez Bisou

Ps : J’ai pas raconté le synopsis volontairement, parce-que personnellement quand on me prouve qu’un film est bien je préfère découvrir l’histoire en même temps que le film lui même. Mais si vous le sentez pas regardez la bande annonce hein (non, ne le faites pas. Je vous surveille).

PPs : Regardez-le en VOST, par pitié.

Publicités