Une maladie exemplaire

Par défaut

Plop à tous.

Je me lance comme ça tel un barbare viril et musculeux passke quand j’ai des envies de bloguer et que j’en ai la possibilité faut pas que j’hésite.

En fait je viens de prendre conscience d’un truc en lisant cet article, je sais pourquoi j’écris moins ici. Enfin y a plusieurs raisons (comme l’envie, l’oubli, l’occupation extérieure, les licornes sauvages etc..) mais celle-ci j’y avais pas du tout pensé, et c’est pour ça que je la trouve plus importante que les autres, plus réaliste. Oui parce-que c’est pas nouveau que niveau pensées qui partent en testiboules j’ai un bon score sur l’échelle de Richter (vous voyez ?). Néanmoins, réaliser des trucs ça te fait croire que t’es pas si teubé que ça, mais moi je suis pas dupe, personne me fait croire des choses.
Je m’égare là, non ? Ouais ? Ouais. Donc la fameuse raison c’est ça : J’ai gagné des points dans ma compétence « Extraversion ». J’ai compris ça grâce à cet article, qui m’a fait mettre en lien ma part d’introversion avec le fait d’écrire ici.
Si vous avez pas encore compris, ça veut dire que je pense que j’écrivais ici à cause de mon côté introverti, et que depuis qu’il a commencé à diminuer je ressens plus les mêmes raisons qui me poussaient à venir écrire.
Bien sûr, je me doute que c’est pas la seule raison, j’en suis absolument certain en fait. Mais ça m’a fait du bien de me rendre compte de quelque-chose même si il y a la possibilité que je me plante complètement.

En fait j’aime bien me comprendre.

Allez Bisou